Trouble de l’alimentation

– « Je suis enceinte de trois semaines » m’annonce fièrement mademoiselle J. !
– « Mais c’est magnifique, félicitations ! » répondis-je.
– « Pourquoi venez-vous me voir ? »
– « Eh bien, je ne mange plus depuis 5 jours »…

Mademoiselle J. arrive fatiguée, stressée et avec une forte culpabilité quant au fait qu’elle n’apporte pas ce dont a besoin son futur bébé. Elle n’avait jamais eu de troubles de l’alimentation et elle souhaitait par-dessus tout, être enceinte et devenir une bonne mère. Mais voilà, il y a cinq jours, pour célébrer sa grossesse, sa meilleure amie lui prépara un délicieux repas à base de saumon et elle fit une intoxication alimentaire.

Depuis, il lui est impossible d’avaler de la nourriture et de prendre le risque de mal digérer et surtout de revivre cette sensation de « perdre son bébé ». Moi qui pensais lui faire une belle séance sur la détente et la respiration, c’est raté ! Il faut agir et vite .

Je lui parle donc de la P.N.L et de la technique de désactivation d’ancrage. Mademoiselle J., vibrant déjà de sa fibre maternelle, se montre enthousiaste « on fait ce que vous voulez du moment que j’arrive à nourrir mon bébé de nouveau ! »

Je lui propose alors de s’installer confortablement, de se concentrer sur sa respiration, de la placer au niveau de son abdomen . Elle imagine son tout petit bébé dans son ventre, qui se gonfle et se dégonfle, comme un petit ballon rond. Elle esquisse un sourire et je la sens plus calme.

Je lui propose de revivre cette scène du repas du saumon, cette scène qui la dégoûte tant, lui provoque des nausées et une grimace de haut-le-cœur. La détente étant déjà installée, elle repense facilement à ce repas, la table, comment elle était habillée, son amie … puis elle revit le moment où elle mange son plat de saumon. Sa grimace de dégoût revenant, j’appuie délicatement mes deux doigts sur son épaule gauche. Je lui ai posé une « ancre » : lorsque je reposerai mes doigts au même endroit, avec la même intensité, elle revivra la scène et toutes les sensations négatives qui l’accompagnent.

Je poursuis la séance en la relaxant à nouveau, puis je lui demande de laisser venir un souvenir agréable et positif dans lequel elle ressent du plaisir à faire quelque chose. Elle me parle et revit une balade en forêt, le week-end dernier. Elle se sent paisible, libre, légère, calme, elle se voit sourire, (elle sourit d’ailleurs), sentir des fleurs, entendre des oiseaux, ressentir la chaleur du soleil … à l’apogée de ses sensations positives, je pose une deuxième ancre, mais cette fois sur sa main droite. Mademoiselle J. est directement connectée à sa ressource de calme et de plaisir …

Je lui demande maintenant de revivre la scène du repas du saumon, en lui réactivant l’ancre de l’épaule : la sensation de dégoût revient immédiatement MAIS je lui demande de revivre cette scène en restant connectée avec sa ressource de calme et de plaisir, j’active alors l’ancre positive de la main.

Le processus est lancé : Mademoiselle J. transforme mentalement et automatiquement la scène . Sans grimace, elle décrit un « beau saumon bien cuit qui sent bon », elle me précise qu’elle salive. Elle continue alors la description de son assiette, avec les haricots beurre et les petites patates qui fument ! Ne nous arrêtons pas en si bon chemin, je lui propose de se « futuriser », c’est à dire de s’imaginer le soir, en train de préparer le repas, de mettre la table et de manger avec appétit …

Quel bonheur, le lendemain, de recevoir un message indiquant « hier soir, mon mari, mon bébé et moi-même, nous nous sommes régalés d’une queue de lotte à la provençale ! ». La prochaine fois, je penserai à lui demander de m’inviter à sa table, question de conscience professionnelle bien entendu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *