Apprenons à respirer

 « En inspirant je calme mon corps,

en expirant je souris.

Quand je m’établis dans l’instant présent,

je sais que c’est un merveilleux instant. »

– Tich Nhat Hanh –

Avez vous déjà observé un chat qui dort ? Vous êtes vous déjà extasié devant un bébé  assoupi ? Vous a t’on déjà dit que la jalousie est un vilain défaut ? Pardon ?  Mais de quoi  elle parle ?
Le point commun entre ses deux petits êtres est tout simplement le bien être le plus  total, le relâchement profond et le lâcher prise ! Et vous savez ce qui les aide à obtenir  tout cela ? Leur ventre ! Vous avez un ventre ? Alors apprenons à respirer !

   Lorsque l’on naît, notre respiration est abdominale, c’est inné. Puis nous grandissons à coup de « tiens toi droit » et de « rentre ton ventre » pour certaine jeune fille. Résultat : nous respirons à l’envers ! Nous respirons par la poitrine … et au  niveau des épaules pour les plus stressés d’entre nous. D’ailleurs, que faites vous en cas de choc émotionnel ? Vous inspirez d’une traite tout l’air au niveau du thorax et vous le bloquez…

   Fermez vos yeux, posez une main sur votre ventre et l’autre au niveau de votre poitrine …  où se place votre respiration ? Votre abdomen se gonfle? Votre poitrine peut être? Bien heureux ceux pour qui la main de l’abdomen bouge en rythme ! Pour les autres, une petite rééducation s’impose.

Mettez vous en position debout ou allongée et posez une main sur votre nombril. A chacune de vos inspiration, quand l’air entre, votre main doit être poussée et quand l’air ressort, à chaque expiration, votre main revient vers la colonne vertébrale. Vous pouvez exagérer le mouvement au début, en forçant légèrement le geste et en appuyant un peu sur le ventre qui se dégonfle. Le but du jeu est que cela devienne naturelle, c’est à dire sans aucun effort … si ce n’est d’y penser.

   Il existe trois niveaux de respiration : Au niveau du ventre, de la poitrine et la dernière est dite sous claviculaire. Je vais tâcher d’être claire :

  • Lorsque l’on dirige l’air seulement dans le ventre, une détente et une relaxation se font sentir rapidement. C’est une respiration calmante….. à partager entre amis et surtout à utiliser sans aucune modération !
  • Faites entrez l’air dans le ventre puis jusqu’à  la poitrine et vous obtiendrez une respiration plus dynamisante mais surtout vous augmentez l’oxygénation de votre cerveau ce qui facilitera votre concentration.
  • Si vous gonflez le ventre, élargissait votre poitrine et montez les épaules, vous serez surpris de l’énergie apportée par cette respiration complète ! Aussi efficace qu’un bounty sans les calories ! Bon je vous l’accorde, sans la noix de coco non plus…

   Sachez également que les moines et les yogi, lorsqu’ils font des respirations en pleine conscience, bloquent le souffle deux fois : une fois poumons pleins et une autre fois poumons vides. Si ils le font, c’est qu’il y à forcément une raison, vous êtes d’accord ? Deux rétentions, deux raisons.

   Suspendre son souffle lorsque les poumons sont plein d’air va permettre une meilleure oxygénation, c’est à dire que l’oxygène contenue dans les alvéoles pulmonaires va avoir plus de temps pour se renouveler et pour être mieux assimilée par les globules rouges qui iront faire « respirer » le reste de notre corps. Tout le monde sait comment cela fonctionne ? Tout le monde a bien écouté le vieux barbu de « Il était une fois la vie » !

  Quant au petit moment de suspension de souffle poumons vides, il est utilisé pour approfondir une méditation ou une relaxation. Ce petit temps de vide permet de descendre un peu plus encore à l’intérieur de nous même.

  Mais attention, ne retenez pas votre souffle trop longtemps et trop souvent sinon à défaut d’être détendu vous serez dans les pommes ! Pour commencer, inspirez 6 secondes, retenez votre souffle 2 secondes, expirez 6 secondes et retenez poumons vides 2 secondes … Essayez vous comprendrez mieux.

   Les Bouddhistes ont coutume de dire que 10 respirations conscientes et complètes rattrapent une heure de mauvais respiration ! Ouf, nous sommes sauvés… sauf que nous avons beaucoup d’heures à rattraper… mieux vaut nous y mettre maintenant !

   Mieux respirer conduit à mieux vivre. C’est bête comme chou et pourtant c’est si compliqué pour certaines personnes. Parfois, on respire mal depuis tellement longtemps que rééduquer son souffle exige de la patience et de l’énergie … mais ça vaut le coup, croyez moi !

   Mieux respirer vous fera entrer dans un cercle loin d’être vicieux ! Vous obtiendrez une meilleure concentration, plus de calme, vos muscles seront mieux oxygénés donc plus performants. Vous dormirez mieux. Vous digérerez mieux car la respiration ventrale masse les intestins. Bref, vous serez fort d’une nouvelle énergie, d’un nouveau souffle de vie, vous serez rayonnant !

   C’est tentant n’est-ce pas ? Le seul danger, et non des moindres, c’est qu’un jour, en vous réveillant, vous vous trouviez entouré de gens qui, comme devant le chat ou le bébé, vous regarderont dormir en s’extasiant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *